l’héritage ...

 

Nous savons déjà combien des querelles de famille peuvent être exacerbées par des problèmes d’argent ;  cela  se traduit, hélas, en géo- politique par des conflits d’intérêts à l’échelle mondiale qui dégénèrent en guerre jusqu’à nous faire oublier que nous sommes frères et que nous dépendons tous les uns des autres  

Quelle histoire ! (... de famille )

Quand Sarah, déjà trop vieille pour espérer être mère, se crut stérile,  elle poussa son époux Abraham dans les bras de sa servante Agar pour qu’elle lui donne un fils.  Le patriarche se laissa persuader par son épouse bienaimée (il n’avait jamais pris d’autre épouse bien que la polygamie soit alors admise) et c’est ainsi que le petit Ismaël est né ; seulement voilà ....


Dieu tient toujours ses promesses ! ses messagers, des anges auxquels le couple avait offert l’hospitalité, avait prédit à Sarah, qu’elle donnerait naissance à un fils et elle en avait rit, incrédule comme Thomas dans l’évangile de ce dimanche, comme nous qui doutons si souvent), pourtant, en dépit de son âge, Isaac est né (ou Ytshak, qui signifie "Il rira".)


Alors,  pour échapper à toute revendication de sa servante, elle la fit congédier avec son fils Ismaël pour  n’y ait pas d’autre héritier légitime qu’Isaac.


Juifs, chrétiens et musulmans, nous nous reconnaissons tous descendants d’Abraham et les enfants du Dieu unique ! mais aussi des héritiers qui se disputent la légitimité d’une filiation alors que le trésor de cet héritage est déjà en notre possession : la miséricorde divine !un certain Jésus est venu en personne nous le prouver.

Que tombent les murs de notre ignorance, de nos préjugés et de notre égoïsme,

que l’argent retrouve sa place d’outil et de serviteur et les frontières tomberont d’elles-mêmes !

DIMANCHE DE LA MISÉRICORDE

Mais l’Eternel veilla sur Agar et Ismaël dans le désert.. et l’Islam revendiqua plus

tard pour Ismaël

le droit

d’aînesse.

Aussi égoïste que nous croyons pouvoir l’être, comment être totalement heureux quand nous savons que d’autres souffrent ?


La COMPASSION car c’est aussi de cela qu’il s’agit, c’est l’amour qui nous fait pleurer avec ceux qui pleurent, tendre une main secourable et pardonner  pour redonner sa chance à une PAIX sans laquelle il n’y a pas de bonheur possible .

"Je crois qu'il est Dieu. Mais précisément parce que je le crois je dis que, si bon qu'il puisse être, il ne peut l'être au point de venir parmi ceux qui l'ont si peu aimé. ...

Non. Il doit être, il l'est certainement, triomphant au Ciel, et peut-être il apparaîtra comme esprit. Je dis : peut-être. Nous ne méritons même pas cela ! Mais ressuscité en chair et en os, non. Non, je ne le crois pas." »

(Tome 10, chapitre 14)

Le CLIN DIEU de Maria Valtorna, (
)


Thomas ne doute pas de la divinité de Jésus,

il doute de la résurrection parce

qu'il doute de la miséricorde :

 

COIN PRIÈRE

Aussi à l’abri d’un revers de fortune que nous croyons l’être, ce pourrait être les plus démunis qui, demain, nous tendront la main que nous leur avons refusée hier. Ils savent, eux, combien

la solidarité peut illuminer une vie.

L’AMOUR ne se prête pas, ne se vend pas, ne s’achète pas,

comme la PAIX, il se donne ...

écoute ton coeur te souffle St Augustin :

‘‘Aime et fais ce que tu veux. Si tu te tais, tais-toi par Amour, si tu parles, parle par Amour, si tu corriges, corrige par Amour, si tu pardonnes, pardonne par Amour.

Aie au fond du cœur la racine de l'Amour : de cette racine, rien ne peut sortir de mauvais. Voici ce qu’est l’Amour !’’

Mais si nous voulons donner une chance à la paix,  pardonner, c’est dire à l’autre tu vaux mieux que tes actes (Paul Ricoeur)


à nous d’être ces ilôts de miséricorde dans un océan d’indifférence a dit François, notre pape.

Bienheureux les miséricordieux, ils obtiendront miséricorde (Mt 5, 7)

Il n’est pas facile de reconnaître que le pardon est la condition sine qua non pour vivre ensemble si nous n’avons pas la référence d’un Amour inconditionnel comme celui de Dieu  et comment le trouver dans la violence aveugle qui frappe ce monde ?

VOTER ou NE PAS VOTER ?


la misère, la maladie, le chômage ne sont pas des fatalités,

un "étranger indésirable" ne doit pas devenir

un pléonasme

Puisse la solidarité l’emporter sur notre égoïsme et nos peurs

                               et que l'Esprit Saint guide notre  

                               vote et nous garde de brader  

                               nos valeurs par dépit

                               amen !


Ne boudons pas, Dimanche prochain, le pouvoir de notre petit bulletin de vote, cette goutte, qui additionnée  aux autres pourrait changer le cours du fleuve ; et que  notre choix, même s’il ne nous satisfait pas entièrement , soit, avant tout, ALTRUISTE, ne serait-ce que pour essayer de rendre le monde moins mauvais...

Adonaï est l’éternel tout puissant, clément, miséricordieux, lent à la colère, plein de bienveillance et d’équité » (Ex 34, 6)`La Miséricorde divine  participe à la Parole commune

des juifs, des chrétiens et des musulmans qui égrènent  les «Beaux Noms de Dieu » sur leur chapelet en l’évoquant souvent : «au nom d’Allah le Tout Miséricordieux, le Très miséricordieux ».

Pour recevoir (gratuitement) le clindieu hebdo :

clindieu.com@gmail.com

+

MERCI (et pardon) aux talentueux humoristes auxquels j’emprunte les dessins qui ne sont pas responsables des textes des bulles dans ces lettres-hebdo. 

 

Le sacristain vient un jour trouver le curé de

la paroisse :

  1. -Un jeune sculpteur vient de s'installer au

village. Pourquoi de pas lui demander de

refaire des bras à notre vieux Christ ?


Monsieur le Curé, après de longues

hésitations, rappelle son dévoué

collaborateur et lui dit : J'ai réfléchi,

nous ne toucherons pas à notre Christ, il est

beau comme cela.  Mais je vais ajouter une

inscription

Dimanche 23 avril 2017

Deuxième dimanche de Pâques - Dimanche de la miséricorde

Act. 2,42-47. / Ps 118(117),2-4.13-15ab.22-24. / 1 Pierre 1,3-9. / Jn 20,19-31.

Et, sur le mur blanc, Monsieur le Curé écrivit ces mots: 

"Le Christ n'a plus ses bras,

mais il a les tiens !".

Le Christ est ressuscité, il est vivant, il agit en chacun de nous, mais il ne veut le faire, en général, qu'à travers le don des hommes. Il nous demande notre cœur, notre courage, nos bras, notre prière, notre vie, pour construire avec lui un monde meilleur.

Oh, se boucher les oreilles,

presser le pas, ignorer la main

tendue, refermer ses volets sur le malheur des autres,

barricader sa porte... quelle tentation quand on se

sent impuissant ! mais comment déjeuner en paix ?

                                                (clic sur la colombe)

On vous a dit :‘‘dans le doute, abstiens-toi’’,

moi je vous dis ...


Le monde ne sera pas détruit

par ceux qui font le mal,

mais par ceux qui les regardent

sans rien faire.

(Albert Einstein.).

CLIC sur le piaf

pour voir  ou revoir

le CLINDIEU précédent :

«Alleluia »

Dans un petit village de montagne,  ancienne église abrite, à l'intérieur de ses murs, un Christ en piteux état... il n'a plus de bras.